Budgéter une longue randonnée

img_5487

La plupart des sentiers de longue distance ont maintenant leur groupe Facebook dédié, les sentiers les plus populaires (tels que le Sentiers des Appalaches) ont même un groupe pour chaque année. J’ai remarqué qu’un sujet qui revient souvent dans les questions publiées sur ces groupes est la somme d’argent nécessaire afin de compléter un sentier. Comme comptable, j’ai un intérêt particulier pour toutes les questions d’argent et de budgets. Voici quelques conseils pour le randonneur consciencieux de son budget.

Étapes pour budgéter sa randonnnée

1. Rechercher le coût de la vie dans la région

Le coût de la vie dans la région que vous allez traverser peut grandement varier d’un sentier à l’autre. Les régions touristiques comportent parfois seulement des restaurants et aucun supermarché. Sur des sentiers qui traversent des villes vous n’aurez peut-être pas le choix de dormir une ou deux nuits en auberge ou en hôtel. Ces coûts s’additionnent rapidement. Par exemple, je suis en train de planifier une randonnée sur la Florida trail, mais j’aimerais débuter à Key West. Key West est une zone fortement peuplée et est également très touristique. J’ai lu que la police locale a peu de tolérance pour les gens qui campent illégalement et le coût de l’hébergement est faramineux. Par conséquent, je dois planifier un budget supplémentaire pour les jours où je traverserai les Keys. Un autre exemple est un sentier en zone éloignée. Un randonneur sur ce sentier pourra certainement économiser sur l’hébergement, mais certainement pas sur le prix des aliments.

Mêmes les randonneurs qui ont un budget très limité payent habituellement pour quelques nuits en auberge de jeunesse ou hôtel le long d’un sentier. À moins que vous ne puissez compter que sur la générosité des gens rencontrés et la chance, éventuellement vous aurez besoin de faire votre lavage, de prendre une douche à l’eau chaude, de recharger vos produits électroniques et de dormir dans un lit pour une nuit. Ne sous-estimez pas la fréquence à laquelle vous aurez envie de vous payer du luxe sur le sentier. Après avoir marché sous de la pluie battante pendant quelques heures ou jours, il est très difficile de résister à la tentation d’un endroit sec.

La nourriture est habituellement une dépense majeure en longue randonnée. Se ravitailler dans un grand supermarché ou dans une petite épicerie locale n’aura pas le même impact sur votre porte-monnaie. En région éloignée les victuailles disponibles peuvent être limitées et chères. Avant de partir, je vous recommande de planifier les villes/villages où vous pourrez vous ravitailler et à estimer ce qu’il vous en coûtera. Faire de l’auto-stop jusqu’à un grand supermarché peut être avantageux même si cela vous fait perdre plusieurs heures. Non seulement économiserez vous de l’argent, vous serez probablement capables d’acheter de la nourriture plus saine. Trop de junk food affecte l’énergie que l’on a pour marcher!

19346063792_17b3913636_oAprès avoir fait vos recherches, essayez d’arriver à un budget journalier pour la nourriture et hebdomadaire ou mensuel pour l’hébergement.

2. Connaître les particularités de sa randonnée

Qu’est-ce qui rend votre randonnée spéciale? Est-ce que le transport pour se rendre au départ du sentier et pour revenir de la fin du sentier est compliqué/cher? Y a-t-il des sections fermées que vous devrez contourner? Aurez-vous besoin de quelques jours d’acclimatation et/ou d’organisation lors de votre arrivée à destination? Ce sont toutes des questions spécifiques à chaque voyage/sentier. Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive des items pour lesquels il faudra peut-être budgéter:

● Transport pour se rendre et quitter le sentier
● Hébergement, nourriture et autres dépenses pendant la période d’acclimatation ou de planification sur place
● Assurance de voyage / d’expédition
● Billet d’avion + Frais de baggage
● Vaccins, consultations médicales, médicaments
● Transport pour compléter certaines sections du sentier qui ne peuvent pas être marchées (bus, taxi, Uber, canot, kayak, bateau-taxi, etc.)
● Permis de randonnée
● Frais de refuge
● Don à l’association locale du sentier
● Frais de poste pour ravitaillement
● Frais pour que les bureaux de poste ou auberges conservent vos paquets
● Forfait cellulaire
● Forfait de balise GPS
● Remplacement de matériel (souliers, bâtons de marche, etc)

3. Estimer le temps total nécessaire pour compléter la randonnée, ajouter les jours de repos et prévoir une contingence pour des imprévus.

Obtenez le nombre total de kilomètres de la randonnée que vous planifiez. Estimez la moyenne du kilométrage qui sera couvert chaque jour. Divisez le nombre total de kilomètres par votre moyenne journalière. Additionnez les jours de repos et une contingence pour évènements imprévus. Vous avez maintenant une estimation du nombre de jours pour lesquels vous devez budgéter.

4. Calculer le budget total

Additionnez tous les montants obtenus dans les étapes précédentes. Mutipliez votre budget de nourriture journalier et votre budget mensuel d’hébergement par le nombre de jours et de mois qui seront passés sur le sentier. Ajoutez les dépenses non-récurrentes. Ajoutez 10% au total ou autre pourcentage pour les imprévus!

5. Comparer avec les budgets d’anciens randonneurs

Comparez votre budget avec ceux de randonneurs ayant complété le sentier auparavant. Obtenez plus d’un avis, certaines personnes sont beaucoup plus frugales que d’autres. Rappellez-vous que les randonneurs qui sont en équipe peuvent habituellement économiser sur les coûts de transport et d’hébergement.

Éléments à considérer en montant son budget

1. Avoir un budget suffisant pour le remplacement d’équipement

img_4322
De nouveaux souliers à mi-chemin sont parfois une nécessité.

Avoir à remplacer de l’équipement est inévitable en longue randonnée. Certains items devront être remplacés à mi-parcours (souliers de randonnée peut-être), d’autres seront perdus, ou encore vous voudrez ajouter des items à ce que vous transportez. Peut-être allez-vous aussi poster du matériel dont vous ne vous servez pas (changements de saison, etc.). Renseignez-vous sur les coûts pour la poste.

2. Ne soyez pas trop dur avec vous-même. Connaissez votre niveau de comfort et gâtez-vous de temps en temps.

Si vous partez avec l’idée de ne manger que du riz et des lentilles pour quelques mois tout en ne dormant que dans les bois et en faisant de l’auto-stop, vous allez peut-être vous lasser de ce train de vie assez rapidement et cela pourrait affecter votre humeur et votre performance en randonnée. Ne sous-estimez pas le pouvoir de la nourriture réconfortante et calorique sur le sentier, ainsi que la tentation d’une nuit à l’intérieur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *