Cinq choses qui sont perçues différemment après une longue randonnée

Un des aspects de la randonnée longue-distance qui me plaît le plus est l’appréciation renouvellée que cela m’apporte pour toutes les choses que je finis par prendre pour acquises dans ma vie quotidienne. Dans une randonnée de longue distance, on perd habituellement l’accès à plusieurs commodités telles que l’eau courante et l’électricité. Je me suis amusée à dresser une liste de cinq choses que je perçois différemment après une randonnée qui s’échelonne sur quelques jours. Je pense que certains d’entre eux requièrent une randonnée qui s’échelonne sur quelques semaines pour apparaître. Quand je reviens à la civilisation, la plupart finissent par s’estomper, sauf pour le #2 qui semble être un effet définitif de mes randonnées.

1- Serviettes de bain

En longue randonnée, j’apporte habituellement avec moi une toute petite serviette nommée «lightload towel» pour me laver à la fin de chaque journée. Elles me conviennent bien, mais ces serviettes sont minuscules et je dois habituellement laisser le vent me sécher. Lorsque j’ai à nouveau accès à une vraie serviette de bain je l’apprécie grandement.

2- Épiceries

En longue randonnée la nourriture occupe souvent mes pensées. En fait je deviens parfois vraiment obsédée par elle. Arriver dans une ville où il y a une épicerie après plusieurs jours en nature change vraiment l’expérience de faire ses courses. Je déambule alors les allées en m’extasiant sur la quantité et la variété de nourriture disponible. Ce sentiment ne me quitte jamais complètement après les randonnées, quoiqu’il s’estompe un peu. J’adore maintenant les épiceries.

3- Prises électriques

Beaucoup de randonneurs se fient sur leurs produits électroniques pour l’orientation, le divertissement et la communication. La préservation des piles et la recharge de ses items devient donc une préoccupation constante lors d’une longue randonnée. Au fil du temps j’ai développé l’habitude de localiser les prises électroniques disponibles à chaque fois que j’entre dans un café, restaurant ou commerce. Lorsque j’étais en longue randonnée je demandais toujours si je pouvais utiliser les prises électriques avant de commander quelque chose. Pas de courant, pas de commande!

4- De «longues» vacances

Ce qui constitue de longues vacances selon les standards de la société actuelle (2-3 semaines) sonne maintenant comme une blague. Et l’idée de n’avoir que quelques semaines de vacances par année est terrifiante. Oui, terrifiante.

img_3177
Effective marketing on trail

5- La besoin de prendre une douche quotidienne

À chaque fois que je suis de retour à la maison après avoir été en nature pour une longue période, je dois me rappeler que je dois prendre ma douche de temps en temps… Après avoir été sale pendant si longtemps et après avoir souvent passé des semaines entières sans avoir accès à une «vraie» douche, le fait de rester à la maison ne me fait pas ressentir le besoin de me laver aussi souvent. L’habitude très peu remise en question de la douche quotidienne ma paraît alors ridicule… pour quelque temps… jusqu’à ce que les vieilles (bonnes!) habitudes reviennent.

Beaucoup de choses changent une fois qu’on se met à la randonnée, et encore plus lorsque l’on se met à la longue randonnée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *