Économiser pour une sabbatique

Après avoir terminé mes études universitaires, j’ai vite réalisé à quel point le travail dans un bureau m’ennuyait à mourir. J’étais découragée de réaliser à quel point le travail de comptable dans certaines entreprises pouvait être ennuyeux et fait de façon contre-productive. Mes jours de travail me semblaient souvent interminables, sauf pour les quelques jours où je pouvais travailler sur des projets que je trouvais intéressant. Je n’avais pas beaucoup de motivation à gravir les échelons et je me questionnais à savoir si ce type de boulot était vraiment fait pour moi. En fait je me demandais surtout quel était mon problème, puisque je voyais tellement de gens dans des carrières semblables depuis d’innombrables années. Alors que plusieurs personnes autour de moi semblaient heureuses de rester de longues heures au bureau afin de faire progresser leur carrière, le sentiment que ce que je faisais était inutile et n’avait pas beaucoup de valeur ne me quittait pas et ma motivation en souffrait.

img_0603
Il doit certainement y avoir une meilleure façon de passer sa vie…

Je pense que la culture d’entreprise retrouvée dans beaucoup de grosses boîtes nord-américaines est problématique. Des comportements tels que passer de longues heures au bureau sont encouragés plutôt que de miser sur la productivité. Toute personne qui quitte le bureau avant ce qui est jugé comme une heure « acceptable » sera jugé, peu importe à quelle heure ils sont arrivés et leur degré d’efficacité durant la journée.

Pour en revenir à mon histoire, j’ai éventuellement changé de compagnie et les choses se sont améliorées. J’appréciais davantage mon travail et j’ai pu identifier les facteurs qui m’avaient rendu si malheureuse dans mon poste précédent. Par contre, même si ça allait mieux, je rêvais de prendre une année sabbatique pour voyager, mais sans avoir de plan réel de ce que je voulais faire pendant cette année. Un des principaux problèmes que j’avais était que je n’avais aucune idée de la façon dont j’allais économiser mon argent, ni de la façon dont j’allais être motivée pour y arriver. J’entendais parler de gens qui prenaient de longues périodes de congé de leur travail, je pensais que c’était génial et que j’aimerais faire la même chose, mais je ne prenais pas de mesures sérieuses et il me semblait que c’est quelque chose que je ne ferais jamais.

Les choses ont totalement changé une fois que les deux choses suivantes sont arrivées:

1. J’ai trouvé ce que j’avais envie de faire – J’étais capable de visualiser mon plan.
2. J’avais un désir très fort de réaliser mon plan.

Une fois que mon plan était défini, je voulais vraiment pouvoir le réaliser le plus tôt possible. J’ai totalement remis en question la gestion de mes finances et j’ai opéré quelques changements drastiques dans ma façon de dépenser mon argent, changements pour lesquels je serai éternellement reconnaissante. J’ai commencé à lire beaucoup de blogues en ligne traitant de sujets comme les finances personelles, la frugalité, la simplicité volontaire, les achats responsables, etc. J’ai passé d’une façon de penser où l’argent servait à me récompenser à une autre où mon argent allait travailler pour moi. La machine à économies était finalement en marche et elle travaillait fort! Le boulot est aussi devenu plus facile parce que j’avais en tête une date de fin plutôt que d’avoir l’impression que je serais prise à cet endroit toute ma vie.

Un outil qui m’a immensément aidée est un fichier excel que j’ai monté et dans lequel je faisais le suivi journalier de mon argent. C’est un peu une carte des mouvements d’argent dans ma vie, où je mettais mes revenus, les dépenses que j’avais prévues faire et le reste en économies. Dès que je dépensais plus que prévu, je voyais que je prennais du retard sur mon objectif et je voyais tout de suite le montant d’argent qu’il me manquerait pour le voyage. C’était un motivateur très puissant. Si je dépensais moins que prévu, je voyais que j’attendrais mon objectif plus rapidement. De cette façon, j’étais certaine que j’aurais le montant nécessaire pour mes vacances d’une durée de 10 mois.

Je mettais cette feuille de calcul à jour de façon quotidienne et je m’assurais que le solde de tous mes comptes bancaires correspondait à ce qui était dans mon fichier de façon à ne laisser passer aucune dépense. J’étais capable de corriger la situation dès que les problèmes arrivaient. À ce jour, deux ans après avoir pris ma première période sabbatique, je mets encore cette feuille de calcul à jour de façon quotidienne. Ça me rassure de savoir que j’économise pour mes prochains projets, dont potentiellement une autre période sabbatique.

Les personnes naturellement frugales ou qui adorent leur emploi ne comprendront peut-être pas ce que j’ai écrit ici. Mais pour le reste d’entre nous, voici mon conseil à qui veut prendre une période sabbatique: Ayez un plan précis qui vous motive grandement. Affichez-le sur vos murs si ça vous dit. Vous devez y penser tout le temps, le respirer, le voir dans votre soupe. Vous n’avez pas nécessairement à embarquer dans un suivi obsessif-compulsif de votre argent comme j’ai fait, mais trouvez ce qui fonctionne pour vous et faites-le!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *