Parc National d’Aiguebelle

Ski sur une route fermée les deux premiers jours

Durant le congé des fêtes 2016 j’ai profité d’une visite familiale en Abitibi pour visiter un endroit qui était sur ma liste depuis longtemps: le Parc national d’Aiguebelle. Ce parc, localisé à environ sept heures d’auto au Nord-Ouest de Montréal, est situé dans une région qui reçoit habituellement beaucoup de neige en hiver: l’Abitibi. Il fait partie du réseau de parcs nationaux de la SÉPAQ, qui inclut plusieurs parc nationaux du Québec.
Nous avions quelques jours disponibles entre Noël et le jour de l’an et voulions faire quelques jours de ski nordique. Nous avons donc réservé deux nuits dans des refuges du parc, pour un total de trois jours de ski. Comme dans toutes les localisations de la SÉPAQ, il faut payer des frais d’accès journaliers ainsi que des frais considérables pour la location du refuge. Les refuges sont cependant bien équipés: poêle à bois et à gaz (il faut apporter son propre carburant), matelas, bois de chauffage et chaudron sont mis à disposition.

Exploration des sentiers au Nord du refuge

Le système de réservation en ligne de la SÉPAQ ne permet pas de réserver les refuges pour une seule nuit, un séjour minimal de deux nuits est demandé. Il est cependant possible de contourner cette règle en appelant directement le centre de réservation (j’ignore si cela est permis en dehors des mois d’hiver). Nous avons réservé le refuge « Le Patineur » pour la première nuit et le refuge « La Guêpe » pour la deuxième.

Lorsque nous sommes arrivés au parc, le personnel nous a averti que nous avions une grande distance à couvrir pour atteindre le premier refuge de notre itinéraire, Le Patineur. Ils nous ont même offert de transporter nos sacs-à-dos en motoneige jusqu’au refuge. Bien que nous trouvions cela aimable, nous ne pensons pas que ce soit nécessaire. Non seulement ce genre de services de dépannage augmente les coûts d’opération du parc, ça n’enseigne pas aux utilisateurs à être responsables de l’organisation de leur voyage. Nous savions que la distance à couvrir était de douze kilomètres alors nous n’étions pas trop inquiets; même avec beaucoup de neige nous avions le temps d’atteindre le refuge avant la noirceur. Finalement cela nous a pris seulement 2.5 heures pour rejoindre le refuge. Le sentier était en fait une route qui est fermée l’hiver, donc un terrain facile à skier. Un membre du personnel du parc avait passé avant nous en motoneige alors nous n’avions même pas à ouvrir le piste… Nous étions un peu déçus que cela ait pris si peu de temps.

La plupart des sentiers de ski nordique du parc passent par les lacs gelés pour se déplacer d’un refuge à un autre. Nous étions présents à la fin de décembre et les lacs n’étaient pas complètement gelés, nous avions donc à utiliser les sentiers d’été pour nous déplacer.
À la deuxième journée de notre séjour, nous avons skié les 12 kilomètres séparant le refuge « Le Patineur » du centre d’informations nouveau et nous avons ensuite emprunté un nouveau sentier pour rejoindre « La Guêpe », le deuxième refuge de notre séjour. Nous avons pu skier un peu plus cette journée-là, couvrant un total de 18 kilomètres. Le refuge « La Guêpe » offre un joli point de vue sur un lac et nous avons passé le reste de l’aprés-midi à déplayer l’avant du refuge, chauffer le poêle à bois et à prendre des photos.

La troisième et dernière journée, nous avons exploré un peu les sentiers au Nord de notre refuge avant de revenir à notre voiture. Par l’épaisseur de la neige, il était évident que les sentiers au Nord avaient été moins fréquentés et ouvrir les sentiers dans la neige fraîchement tombée était merveilleux. Le terrain se couvrait bien sans peaux d’ascension, sauf pour une courte section où nous les avons utilisées.

En résumé, nous sommes bien heureux d’avoir finalement visité le parc d’Aiguebelle, mais comme le plupart de nos expériences avec la SÉPAQ, nous trouvons que le niveau de difficulté n’est pas présent et que l’organisation prend un peu trop les visiteurs « par la main ». Le coût total d’une telle activité est élevé, puisqu’il faut payer pour tous les services offerts par l’organisation. Nous aimerions visiter le parc à nouveau lorsque les lacs seront gelés, peut-être en tente cette fois afin de réduire les coûts. Pour une introduction à la randonnée en skis ou raquettes de plus d’une journée, ce parc est un bon choix.

Détails

Détails de la sortieTrois jours de ski nordique de refuge en refuge dans le parc National d'Aiguebelle, Abitibi, Québec.
Quand?Décembre 2016
CartesUne carte détaillée du parc est disponible en ligne ainsi qu'au centre des visiteurs
Liens utilesSite officiel du Parc National d'Aiguebelle
À l’intérieur d’un des refuges. Tous les refuges que nous avons vus étaient bâtis sur le même modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *