Randonnée GR20 – 2013

En 2013, alors que je me préparais tranquillement pour ma randonnée sur Te Araroa, j'ai combiné une période de vacances à un voyage d'affaires en France et j'en ai profité pour compléter le sentier GR20 en Corse. La Grande Randonnée (GR) 20 est un sentier qui traverse la Corse du Nord au Sud. Le GR20 est considéré comme l'un des sentiers les plus difficiles du réseau des GR.

Il existe plusieurs options pour se rendre aux terminus du sentier dépendant de l'aéroport choisi. Le temps que je pouvais passer en Corse étant limité, j'ai décidé d'atterrir à l'aéroport le plus près du terminus Sud et de repartir de l'aéroport près du terminus Nord. Les vols sont un peu plus chers en faisant cela. Une autre option est d'essayer d'atteindre le départ en utilisant le réseau de train et d'autobus, ce qui peut être ardu étant donné que les horaires sont souvent difficiles à concilier. Étant donné que je marchais le sentier tôt en saison (début juin), marcher du Sud au Nord me donnais plus de chances de pouvoir compléter toutes les sections. J'espérais que la neige aurait fondu dans la section Nord qui est en plus haute altitude. J'ai donc atterri à l'aéroport Figari Sud et je suis repartie de l'aéroport de Calvi, au Nord. Pour atteindre le départ du sentier, j'ai fait du pouce et j'ai pu m'y rendre rapidement.

Le GR20 était ma première longue randonnée, la randonnée la plus longue que j'avais complétée auparavant était de trois jours. Je n'avais aucune idée du nombre de kilomètres que j'allais être capable de couvrir à chaque jour sur le sentier et j'ai donc prévu 12 jours pour le compléter. C'était largement suffisant et cela m'a laissé le temps d'explorer certains sentiers alternatifs et de relaxer près des refuges étant donné que certaines journées de marche ont été très courtes.

J'ai utilisé un guide en anglais pour le sentier: The GR20 Corsica: Complete Guide to the High Level Route (Cicerone Guides). Le sentier est assez évident à suivre dans la majorité des endroits mais il y a certaines sections en montagne ou dans la forêt qui peuvent porter à confusion. Le guide donne également les points d'eau. En juin l'approvisionnement en eau n'était pas problématique, mais j'ai lu qu'il peut l'être plus tard en saison.

Détails sur ma randonnée

Longueur du sentier (2015)180 km (112 mi)
DateJuin 2013
Durée12 jours
Les sections les plus difficiles du sentier se trouvent dans la section Nord. En marchand du Sud au Nord j'ai pu avoir quelques jours d'entraînement avant d'entamer les sections plus difficiles. La difficulté vient du dénivellé, des sections exposées et de certaines sections qui requièrent un peu "d'escalade" (à défaut de bonne traduction en français du terme anglais "scrambling").

Il est obligatoire de camper près des refuges sur le GR20. En 2013 les frais pour camper près des refuges étaient de 6 euros par nuit. J'ignore combien c'était pour dormir à l'intérieur. Le système de réservation en ligne était désuet et plusieurs marcheurs que j'ai rencontrés n'avaient pas été capables de réserver à l'avance. Je n'avais rien réservé et j'étais donc libre d'arrêter où je voulais à chaque jour, mais si un marcheur veut dormir dans les refuges ce n'est pas possible de faire cela. La plupart des refuges vendent des repas ainsi que des provisions de base. Je n'ai pas acheté grand chose vu que je transportais toute ma nourriture et que je m'étais envoyé un colis de ravitaillement à mi-chemin sur le sentier, plus précisément à Vizzavona.

Ma randonnée sur le GR20 m'a permis de tester certaines pièces de matériel que je prévoyais apporter avec moi sur Te Araroa en Nouvelle-Zélande et m'a permis de prendre de l'expérience. Mon poids de base était de 10 kilogrammes, ce qui est considérable! J'avais apporté beaucoup d'items et il me restait beaucoup à apprendre. Cependant, à 10kg, j'était probablement une de celles avec un sac le plus léger sur le sentier à ce moment.

Malheureusement, au moment de ma randonnée il restait beaucoup de neige dans certaines sections du sentier et je n'ai pas pu compléter la section la plus dangereuse et exposée du sentier, le "Cirque de la Solitude". J'ai du contourner cette section en autobus. Dans cette section, les randonneurs doivent descendre et monter en s'aidant avec des chaînes vissées dans les parois rocheuses. Le tout étant recouvert de neige, cela augmentait beaucoup la difficulté de cette section. Il y a eu plusieurs accidents dans les jours précédant mon arrivée et ils ne permettaient plus aux randonneurs de s'y aventurer sans piolet et crampons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *